Extrait de l’article « Lignes de vie » dans Samsara

En 1985, Richard Granado alors Bouddhiste, a fait la connaissance de deux artistes Bouthanais venus en France pour décorer différents temples.

Passionné par le dessin et relativement doué il aurait pu, comme beaucoup d’artistes, suivre une trajectoire très conventionnelle. Mais le « destin » en avait décidé autrement. Les sculpteurs avaient en effet besoin d’aide pour réaliser six petites statues ainsi qu’un bouddha d’un mètre.

« Je me suis rapidement rendu compte que c’était le métier que je désirais exercer.
J’ai commencé par la préparation de la terre : technique ancestrale qui n’a jamais été modifiée, l’argile est battue avec un maillet, on y incorpore ensuite une fibre végétale nommé chogou ou du coton hydrophile, qui permet de renforcer l’argile, car les sculptures ne sont jamais cuites ! »

Après son expérience auprès des maitres sculpteurs Djowo et Gyaltsen, Richard Granado poursuivit sa recherche seul pendant deux ans, composant des bas reliefs, biches, roue du dharma, colonnes et signes auspicieux au Centre de Karma Ling.

Mais très vite il réalisa qu’il avait atteint ses limites et envisagea de se rendre au Népal (en 1988) afin de se perfectionner auprès de nouveaux Sculpteurs : Maître Omton et ses élèves, réputés dans tout le Bouthan pour être les meilleurs artistes. Ils ont beaucoup travaillé pour la cour Royale.

Richard Granado fut autorisé à étudier avec eux et reçut de Maître Omton la transmission des canons par l’intermédiaire de Mathieu Ricard.

Durant l’apprentissage le maître donne des directives essentiellement orales, traditionnellement l’élève ne reçoit pas les canons tout de suite mais se laisse imprégner par ceux-ci, tout en travaillant sur différentes parties de la statue.

D’un point de vue spirituel, cette activité artistique est développée dans le but d’être utile au Dharma, aux méditants en proposant des supports et de façon ultime pour le bien de tous les êtres.

On prendra refuge avant de commencer, le corps de la pratique étant le travail lui-même avec la motivation de le faire du mieux possible en récitant le mantra lié au Bouddha que l’on sculpte et en respectant les proportions, ce qui est très important. Ensuite on dédiera les bienfaits de cette activité aux bonheur de tous les êtres !

De retour en Europe, Richard a suivi les Sculpteurs jusqu’en Belgique ou il a participé a la construction de grandes statues d’un mètre cinquante et deux mètres.

Après son périple, de retour en France il expose à Grenoble en 1990 et reçoit le 1er prix du Jeune Créateur.

Encouragé par sa Sainteté Dilgo Rimpoché, le maître de tankhas Géga lama ainsi que de nombreux autres Lamas, Richard Granado continue cette activité en répondant aux commandes faite par les centres ou par des particuliers et aussi en partageant son savoir faire au cours de stages dans le respect de ce qui lui a été transmis.

Signes particuliers de sainteté. Les 32 marques majeures :

Les statues, même lorsqu’on elles sont en argile, doivent contenir des rouleaux de mantras, reliques et autres substances précieuses (on mélange également de la terre rapportée de lieux de pèlerinages durant la construction). L’image est ainsi animée par le mot.

Avec évidence, les objets artistiques ne sont pas appréciés pour leur simple valeur artistique ou ornementale. Lorsqu’on crée une forme ou image d’un Bouddha, c’est l’esprit lui-même qui assume les 32 marques majeures et les 80 signes secondaires. « C’est l’esprit qui devient Bouddha » est-il écrit dans l’Amitayur-Dhyana Sutra.

Ces 32 marques servent de référence à l’art bouddhique (statue et image) :

1) Il a les pieds à empreinte régulière
2) De plus, sous la plante de ses pieds, des roues à mille rayons avec jantes et moyeu dans tout les sens bien complètes et bien divisées
3) Il a les talons saillants
4) Il a les doigts et les orteils longs
5) Les mains et les pieds doux et délicats
6) Des mains et des pieds couverts d’un réseau
7) Ses chevilles sont comme des coquilles arrondies
8) Debout sans se pencher, il peut toucher ses genoux avec l’une et l’autre main
9) Ses jambes sont comme celle de l’antilope
10) Ses organes sexuels sont cachés comme dans une gaine
11) Son teint est comme l’or, de la couleur de l’or
12) Sa peau est si délicatement lisse qu’aucune poussière n’adhère à son corps
13) Dessus, les poils poussent un par un
14) Le poil de son corps se dresse vers le haut, chaque poil est de couleur noire intense comme le collyre, en petites boucles frisées, enroulées vers la droite
15) Il a l’ossature rectiligne de Brahmâ
16) Il a les sept surfaces bombées
17) La moitié antérieure de son corps est semblable à celle d’un lion
18) Il n’y a pas de sillon entre ses épaules
19) Ses proportions ont la symétrie du banyan, la longueur de son corps est égale à l’envergure de ses bras et ses bras est égale a sa hauteur
20) Sa poitrine est régulièrement bombée
21) Son goût est suprêmement fin
22) Ses mâchoires sont comme celle d’un lion
23) Il a quarante dents
24) Des dents régulières
25) Des dents sans interstices
26) Les canines sont très brillantes
27) Sa langue est longue
28) Il a la voie divine comme un chant mélodieux d’un oiseau
29) Ses yeux sont intensément noirs
30) Il a les cils comme ceux d’une vache
31) Entre les sourcils, se voit une excroissance velue et semblable à un doux duvet de coton
32) Sa tête est comme un turban (ou couronnée d’une protubérance)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s